« Ils nous font tourner en rond jusqu’au découragement »

Ce vendredi 19 janvier 2018 Omo, 29 ans, va tenter de résister à une deuxième tentative d’expulsion pour rester aupès de son compagnon. La Belgique, avec la complicité de Brussels Airlines, veut la renvoyer au Nigéria. Son histoire ressemble à celle de beaucoup d’autres couples en Belgique.

Alors qu’elle est en train de faire des démarches pour se marier avec son compagnon, citoyen belge, les autorités remettent un avis négatif dans son dossier. L’argument avancé tient en une seule phrase “ils ont dit : la communication est impossible entre vous deux ».

Pourtant dans leurs parcours, les témoignages des voisins et amis convergent pour décrire un couple soudé qui cherche simplement à vivre sans problème et qui tente à faire reconaître sa situation. Rien n’y fait, l’administration reste campée sur sa position « suspicion de mariage blanc ».

Mais comment fait-t-on pour évaluer une relation d’amour entre deux personnes ? Lors de leurs entretiens une question comme « quelle est la pointure de votre compagnon ? » leur a été posée, voilà le type d’indicateur proposé par les autorités….

Son compagnon témoigne : »Ce n’est pas vrai du tout, on parle anglais ensemble, c’est n’importe quoi, une femme qui nous a vu une fois et qui décrète qu’on est pas capable de communiquer, qu’est-ce que c’est ce système de fous, moi je vais mourir sans elle, je ne le supporterai pas. Est-ce que ces gens ont le droit de nous faire ça ? Est-ce qu’ils ont tous les droits ? ».

Abasourdi par cette conclusion qui n’a aucun sens, mal conseillé par son entourage, le couple ne dépose pas de recours contre cette décision. Après quelques semaines, la situation s’accélère et son compagnon décrit la scène suivante : «La police a débarqué chez nous, très tôt le matin, moi j’étais au travail, et ils l’ont emmenée au poste de police”.

Omo a été emmenée au centre 127 bis, où elle a été détenue 5 mois. A l’extérieur durant tout ce temps, son compagnon a continué à se battre pour tenter de faire avancer les choses, il s’est accroché à la moindre perspective de rebondir, a tenté de redéposer une nouvelle demande de mariage mais on lui a répondu “le dossier est clotûré, ça ne sert à rien de revenir ici”.

Après de longs mois d’enfermement et de bataille juridique, Omo a été informée qu’elle allait subir une deuixème tentative d »expulsion ce vendredi 19 janvier: “On m’a dit c’est fini ici pour toi mais tu peux retourner au Nigéria, te marier là-bas, je ne comprends pas ça leur sert à quoi de nous faire tourner en rond comme ça, ça sert qui ou quoi ? Nous on va perdre des années de notre vie….Et puis on est des êtres humains, on va se décourager, on va y perdre tout notre argent, je crois qu’on n’y arrivera pas… »

Elle nous a dit qu’elle ne peut pas retourner au Nigéria, elle ne connait plus personne là-bas, elle n’y a aucun réseau et sera confrontée à des personnes qui menacent sérieusement sa vie.

Elle a également dit qu’elle allait résister à cette tentative d’expulsion injuste et criminelle qui tente de la séparer d’un homme avec qui elle a construit sa vie.

Le vol d’expulsion était prévu ce vendredi 19 janvier, à Zaventem à 7h55, avec la collaboration de Brussels Airlines. Nous attendons des nouvelles d’Omo.

Stop à la suspicion systématique de mariage blanc, solidarité avec toutes et tous les détenu.e.s !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s